Aller au contenu principal

Dyspnée chez le sportif : point de vu du pneumologue

Dyspnée chez le sportif : point de vu du pneumologue

Dr Cristina Pistea. 12e journée du Club Mont-Blanc Coeur et Sport.

• Les sportifs peuvent se plaindre des symptômes respiratoires à l’effort intense
• La différence entre l’adaptation ventilatoire physiologique à l’effort intense et la dyspnée d’effort liée aux pathologies cardiorespiratoires = difficile

• Sportif A
– Se dit « fatigué » plus vite que les autres collègues de son équipe
– s’arrête fréquemment pour récupérer le souffle
– Il est peut être pas assez entrainé et/ou avoir une pathologie obstructive des
voie aériennes

• Sportif B
– Plainte principale: « dyspnée à l’effort »
– s’arrête fréquemment pour récupérer le souffle
– Il est peut être simplement pas assez entrainé

• Sportif C
– Plainte principale: « dyspnée à l’effort »
– s’arrête fréquemment pour récupérer le souffle
– a les mêmes symptômes, mais il peut avoir une pathologie cardiovasculaire

Cas clinique nr 1 (BC )
• F, 20 ans, 3eme année de médecine, en 2017 consulte le cardiologue pour
certificat de non contre-indication à la pratique de handball (12h/semaine
depuis 5-6ans)
• Dyspnée d’effort pour les efforts intenses surtout en endurance, de façon
intermittente
• ECG: trouble de la repolarisation avec ondes T négatives en territoire inférolatérale
– examens complémentaires : normaux ( IRM cardiaque, coroscanner,
échographie cardiaque d’effort, test d’effort jusqu‘à 270W et FC à 190 bpm)
• Avis pneumologique: EFR normales, suspicion de BIE et traitement
bronchodilatateur proposé en traitement de fond et une prise avant l’effort
• Pas d’amélioration environ 8 mois après.
• Reprise des entrainements après les vacances d’été : aggravation de la
dyspnée d’effort, diminution des performances, n’arrive plus à poursuivre les
entrainements avec les collègues de l’équipe
• Réévaluation cardiologique: RAS en plus des anomalies ECG connues
• Epreuve d’effort ?

Cas clinique nr 2 ( PL)
• M, 17 ans, natation, compétitions niveau départemental, dyspnée d’effort
depuis environ 1 an
• Allergie : RCJ aux pollens d’arbres traitée par Aerius
• Nombreuses épisodes de rhume et bronchite aigue en hiver
• Son médecin traitant lui prescrit la Ventoline lors d’un épisode de bronchite
• Depuis il utilise la Ventoline fréquemment lors des difficultés respiratoires à
l’effort en piscine
• Dyspnée+sibilantes -> L’entraineur se pose la question d‘un asthme d’effort
et d’un avis pneumologique.
• Spirométrie: normale. Pas de changement du VEMS au test de réversibilité.
• Test d’effort: très bonnes capacités aérobies 325W, adaptation ventilatoire
normale, spirométrie normale pré et post-effort. Pas d’anomalie
cardiovasculaire à l’effort.
• Examens complémentaires?

Cas clinique nr 3 (GA)
• F, 42 ans, triathlon, marathon, Ironman (depuis 15 ans)
• Depuis 1 an: toux sèche, pyrosis, allergie (RCJ) probablement aux
pollens d’arbres depuis environ 2 ans,
• Depuis 4 mois baisse des performances, ne support plus
l’athmosphère de la piscine car accentuation de la
symptomatologie
• Bilan cardiologique: sans particularité.
• Avis pneumologique
• EFR: trouble ventilatoire obstructive modérée, réversible après la
Ventoline
• Proposition d’un traitement bronchodilatateur de fond +
bronchodilatateur de court durée d’action avant l’effort
• Demande AUT?

Articles reliés