Aller au contenu principal

Activité Physique et Fibrillation Atriale

Activité Physique et Fibrillation Atriale

FA paroxystique du sportif - Dr Sylvain GUERARD

Activité Physique et Fibrillation Atriale

FA paroxystique chez l’athlète : mythe ou réalité

FA paroxystique chez l’athlète : mythe ou réalité

Mécanisme de la FA chez l’athlète:

Ce que nous savons et ce que nous ne savons pas

Caractéristiques du sportif avec FA idiopathique

• Homme entre 40 et 50 ans (vétéran)
• Pratique sportive d’endurance intensive durant de longues années
• Facteurs favorisants
• Intensité de la pratique sportive
• Ancienneté de la pratique
• FA le plus souvent paroxystique
• Apparaissant dans un contexte vagal

Quelle prise en charge de la FA paroxystique chez l’athlète ?

Fibrillation atriale chez l’athlète professionnel
• Absence d’essais randomisé chez l’athlète
• Même prise en charge que le non-athlète
• Anticoagulant et risque avec les sport de contact
• Mauvaise efficacité et tolérance des anti arythmiques (verapamil, digoxine et betabloquants) en raison de la bradycardie sinusale
• « pile in the pocket » peut être envisagé mais attendre 2 demi-vie avant la reprise du sport
• L’ablation est souvent préférée avec une efficacité similaire aux non athlètes.

Activité sportive chez l’athlète avec FAP

• Information sur les risque de la poursuite d’une activité sportive intense sur la récurrence de FA
• Le sport reste possible sans traitement en absence de cardiopathie sous jacente structurelle…
• L’utilisation d’anti-arythmique de class I en monothérapie n’est pas recommandée en raison du risque de conduction 1:1 lors d’un flutter ou d’une tachycardie atriale.
• L’ablation de l’Isthme cavo-tricuspidien prophylactique peut-être envisagée.
• Le contrôle efficace de la FAP est difficile avec les béta bloquants
• L’Isolation des Veines Pulmonaires en cas d’échec du traitement médical ou en cas de refus du traitement peut être proposé
• Reprise du Sport possible un mois après ablation en absence de récidive.

...

Articles reliés