Aller au contenu principal

INTENSITE D'ENTRAINEMENT EN READAPTATION CARDIAQUE

INTENSITE D'ENTRAINEMENT EN READAPTATION CARDIAQUE

Les patients sont-ils sous-entraînés ?Dr Philippe Meurin, Dr Jean-Yves Tabet, Dr Ahmed Ben Driss*. Un dossier de la revue Cardio&Sport Novembre 2008). Mise à jour avril 2014.

Bien qu’il soit établi que la participation à un programme de réadaptation cardiaque, et
en particulier à des séances de reconditionnement à l’effort (REF), soit important chez le
patient coronarien ou insuffisant cardiaque, les modalités de prescription ne sont pas très
claires. Comment prescrire l’intensité d’un effort ? Quels sont les éléments à prendre en
compte pour adapter l’entraînement des patients ?

ll est clairement démontré que la participation
à des sessions de réadaptation
cardiaque, et en particulier à
des séances de REF de type aérobie,
améliore le pronostic fonctionnel et vital
des coronariens, particulièrement en
post-infarctus (1, 2). Chez les patients
insuffisants cardiaques, l’amélioration
fonctionnelle est clairement établie (3,
4), et ceci est fondamental dans cette
maladie chronique et invalidante ; l’influence
bénéfique sur le pronostic vital
est fortement suggérée par les résultats
de la méta-analyse Extramatch (5).
Le REF est, par ailleurs, indiqué dans
de nombreuses autres situations chez
les patients cardiaques (après chirurgie
valvulaire, chez l’artéritique…).
Mais les modalités de prescriptions des
séances de REF ne sont jamais très
claires : les recommandations des
sociétés savantes (3, 6, 7) sont, en effet,
volontairement assez vagues, probablement
en raison de l’hétérogénéité
des techniques d’entraînement décrites
dans les études cliniques.
De quel type d’exercice parle-t-on ?
De l’aérobie en endurance ? De l’entraînement
en créneaux ? De la musculation
segmentaire ?

> Lire l'article (PDF)

Articles reliés