Aller au contenu principal

COMPLICATIONS CARDIO-VASCULAIRES DU DOPAGE ?

COMPLICATIONS CARDIO-VASCULAIRES DU DOPAGE ?

Les substances dopantes les plus utilisées sont responsables d’effets secondaires cardiovasculaires parfois sévères.

LE DOPAGE PEUT-IL PROVOQUER DES COMPLICATIONS CARDIO-VASCULAIRES ? 

Jean GAUTHIER
Mise à jour 02-05-06

 

Résumé :

Ils concernent essentiellement le contrôle tensionnel , la coagulation du sang , les coronaires et le myocarde . Il est important pour tout médecin d’en connaître les mécanismes et les conséquences cliniques . La conduite à tenir face à une pratique dopante est maintenant parfaitement codifiée.
 

La liste des substances et procédés interdits au cours de la pratique sportive est unifiée par l’Agence Mondiale Antidopage et s’impose aux états et aux fédérations. Les produits étant identifiés , on peut en prévoir les complications . Les incidents cliniques chaque jour plus nombreux enregistrés dans le monde sportif confirment cette réalité d’un dopage universellement répandu dans les milieux professionnels et amateurs . Il est indispensable à chaque médecin d’en connaître les effets afin de ne pas être surpris au cours de sa consultation quotidienne .
 

On citera les produits incriminés , leurs mécanismes d’action , et leurs effets cardiovasculaires.
 

PRINCIPALES SUBSTANCES DOPANTES : ( effets recherchés )

Amphétamines , stéroïdes anabolisants , érythropoïétine ( EPO ) et substituts du sang , corticostéroïdes , bêta 2 agonistes , bêta-bloquants , stupéfiants sont les produits les plus utilisés ; les associations sont fréquentes .
 

On redoute l’utilisation de manipulations génétiques .

MÉCANISMES D’ACTION :

Les effets des substances dopantes s’adressent à toutes les fonctions de l’organisme .

Les mécanismes de leurs complications cardiovasculaires sont multiples : rétention hydrosaline ; vasoconstriction ; hyperviscosité sanguine ; stimulation sympathique ; troubles lipidiques ; lésions myocardiques ….
 

Le dopage hormonal :

Anabolisants
Corticoïdes
 

Les anabolisants :

Ils augmentent la synthèse des protéines , l’assimilation des protéines alimentaires , la masse musculaire en association avec l’entraînement .

Ils ont des effets secondaires hydro-ioniques , hématologiques , métaboliques ,
myocardiques.
 

Effets hydro-ioniques :
diminution de l’élimination urinaire de l’eau , du sodium , potassium , chlore , azote .

Effets hématologiques :
augmentation de la sensibilité au collagène , de l’anti-thrombine III , de la
Protéine S
diminution de l’activité fibrinolytique
inhibition de l’activation du plasminogène

Effets métaboliques :
activation du métabolisme lipidique : augmentation du cholestérol total , du LDL , des triglycérides ; diminution du HDL ;
plus grande disponibilité des graisses de réserve ;
augmentation de l’insulino-résistance.

Effets myocardiques :
on connaît maintenant des effets myocardiques directs : désorganisation des myofibrilles , gonflement mitochondrial , lésions structurelles focalisées de nécrose et de fibrose . L’effet d’hypertrophie myocardique est encore controversé . Il est important de noter que les récepteurs myocardiques à la testostérone sont nombreux.

Les corticostéroïdes :
Ce sont des hormones du cortex surrénalien.

Elles ont un effet anti-inflammatoire et antalgique , accessoirement un léger effet psychostimulant sans modification des réflexes.
 

Elles sont responsables du syndrome d’hypercorticisme :
rétention hydrosaline
hypertension artérielle
hyperglycémie
hypokaliémie
acidose .

Les prises répétées per os et en injections locales peuvent provoquer à l’effort une insuffisance surrénalienne aiguë .
 

Le dopage sanguin :
facteurs de croissance hématopoïétiques
( Erythropoïétine , Interleukine … ) ;
substituts de sang : hémoglobines modifiées ;
auto et allo transfusions.
 

L’érythropoïétine ( EPO ) :
C’est une hormone glycoprotéique rénale ; elle stimule la formation de globules rouges à partir des cellules souches de la moelle osseuse , dont 80% sont disponibles ; les éléments suivants sont importants :
production en fonction du niveau d’oxygène cellulaire ;
production facilitée par l’hormone de croissance ;
efficacité augmentée par l’apport de fer .
 

La relation avec la performance est impressionnante :
augmentation de la VO2 Max quel qu’en soit le niveau initial,
recul du seuil ventilatoire ;
diminution de production des lactates ;
épargne glycogénique ;
mobilisation de la masse grasse .
 

Effets secondaires :
augmentation de l’hématocrite , donc des résistances artérielles périphériques ; augmentation du Calcium libre , donc activation du tonus vasculaire ;
augmentation de la viscosité sanguine et activation de l’agrégation plaquettaire .
 

Le problème du Fer :
Il est indispensable pour optimiser la production de globules rouges par l’EPO , au niveau de la synthèse de l’hémoglobine ; des injections répétitives sont nécessaires , environ 50 par an pour les utilisateurs réguliers ; la ferritinémie est parfois très élevée ( > 500 ng/ml ; limite supérieure de la normale : 300 ng/ml ) .
 

L’hormone de croissance :
C’est une hormone anabolisante protéique , stimulant le métabolisme énergétique et osseux ; elle augmente la quantité de globules rouges , le volume circulant et le transport d’oxygène , renforçant l’effet de l’EPO à laquelle elle est souvent associée . Elle diminue la masse grasse et les lipides sanguins . Elle est psychostimulante .

Elle est vasoconstrictrice et procoagulante .
 

Hémoglobines modifiées :
L’hémoglobine réticulée est une hémoglobine reconstituée pouvant agir comme un substitut du sang ; on en connaît cinq types différents au moins . Elle a une forte activité procoagulante et peut provoquer une vasoconstriction aiguë . Elle est aussi pro oxydante .
 

Auto et allo transfusions :

L’autotransfusion consiste à réinjecter sur un sujet une quantité donnée de son propre sang préalablement prélevé , de préférence en altitude , et conservé ; elle provoque une polyglobulie . On constate actuellement la reprise des allotransfusions , avec les mêmes résultats . Elles provoquent une hypervolémie. Leurs modes d’injection peuvent entraîner des complications infectieuses .
 

Les stimulants :

Ils ont des effets sympathomimétiques ; les conséquences sont l’augmentation de la fréquence cardiaque et de la contractilité myocardique , avec diminution du seuil d’excitabilité , et l’augmentation des résistances artérielles périphériques .

Les complications les plus fréquentes sont les troubles du rythme supra ventriculaires et ventriculaires , avec risque de mort subite , et l’hypertension artérielle .

Les stimulants respiratoires :

- Sympathomimétiques : bronchodilatateurs et stimulants du système nerveux central ;- Théophylline et dérivés : bronchodilatateurs ; accélérateurs cardiaques et vasodilatateurs , ils augmentent les besoins en oxygène du cœur et peuvent provoquer une crise angineuse chez les sujets à risque ;
- Béta 2 mimétiques : bronchodilatateurs à action brève ( terbutaline , salbutamol ) ou lente ( salmétérol )
- Clenbutérol : béta 2 mimétique , bronchodilatateur , avec effets anabolisants ; il agit par stimulation sympathique des béta 2 récepteurs, avec hypertrophie de la cellule musculaire squelettique et cardiaque , augmentation de la synthèse des protéines , stimulation de la lipolyse , augmentation des dépenses énergétiques .
 

Les stimulants cérébraux :

les amphétamines : psychostimulants actifs sur la vigilance , la fatigue , la douleur , le désir de vaincre . Elles ont un effet stimulant sur le système nerveux autonome , entraînant une augmentation des résistances artérielles périphériques , responsable d’une vasoconstriction .

les stupéfiants : il n’y a pas d’effet de classe ; les conséquences sont polymorphes :
 

morphiniques ; héroïne et son édulcorant , la quinine :
inhibition sympathique
stimulation vagale
bradycardie ; hypotension ; risque syncopal
endocardite , en relation avec le mode d’administration

cannabis ; solvants ( colles ) :
dopaminergiques
tachycardisants

cocaïne :
stimulation sympathique
élévation des résistances coronaires . tachycardies
pics hypertensifs
infarctus .
 

Le dopage génique :
Les thérapies cellulaires et géniques se développent de façon rapide ; la possibilité de stimuler localement la production d’érythropoïétine et le développement musculaire afin d’améliorer la performance pourrait intéresser certains milieux sportifs.

Pour l’érythropoïétine :
Au niveau musculaire , on peut introduire localement un virus modifié , porteur du gêne codant de l’érythropoïétine ; les cellules du muscle injecté se mettent alors à la produire localement , mais de façon anarchique , incontrôlable , avec un risque réel à terme de thrombose par hyperviscosité .

Pour le développement musculaire , on peut :
transférer localement par adénovirus le gêne codant de la somatomédine
( Insulin Like Growth Factor - IGF 1 ) , très puissant facteur de croissance musculaire, récupéré au préalable sur un muscle lésé ; cette technique est déjà utilisée en thérapeutique . La somatomédine , facteur de croissance insulino-semblable , est produite par les récepteurs hépatiques de l’hormone de croissance ; elle est particulièrement abondante au niveau des lésions musculaires pour faciliter leur réparation . Sur le plan général elle a les mêmes effets stimulants du métabolisme énergétique et osseux et les effets hématologiques que cette hormone , mais aussi les mêmes effets secondaires , vasoconstricteurs et procoagulants .

CONSEQUENCES CARDIOVASCULAIRES :

Ce sont essentiellement l’hypertension artérielle , les accidents thrombo-emboliques , les coronaropathies , les troubles du rythme et les cardiomyopathies .
 

L’HYPERTENSION ARTERIELLE :

Sans doute la principale conséquence cardiovasculaire du dopage , c’est soit une poussée aiguë , découverte en urgence à l’occasion d’un trouble fonctionnel ( céphalée , vertige ) , soit une hypertension chronique révélée à la consultation .

L’apparition d’une hypertension artérielle inexpliquée chez un sportif jusque là sans antécédent évoque l’utilisation d’une substance dopante .

L’effet hypertensif des produits dopants , parfois controversé en raison d’une élévation systolique diurne pas toujours significative , est attesté par :
l’augmentation du profil tensionnel d’effort par rapport à un examen de référence ;

une absence de relâchement nocturne à la MAPA .

Les principaux responsables sont :

les anabolisants ( nandrolone ) : rétention hydrosaline

les corticoïdes : rétention hydrosaline et vasoconstriction artérielle rénale d’origine catécholergique

l’érythropoïétine ( ainsi que la caféine et quelques stimulants comme la cocaïne ) : effet vasoconstricteur direct sur la paroi artérielle par altération du métabolisme calcique

les amphétamines : vasoconstriction par augmentation rapide des résistances artérielles périphériques
 

LES ACCIDENTS THROMBO-EMBOLIQUES :

L’effet thrombogène des produits dopants est important . Il est responsable de thromboses et thromboembolies , favorisées chez le sportif par la bradycardie , en particulier nocturne , et la déshydratation liée à l’effort . A court terme , on relève des thromboses artério-veineuses périphériques , des embolies pulmonaires , des thromboses endocavitaires .
Les coronaires sont parfois intéressées .
 

Les produits en cause :

l’érythropoïétine : hyperviscosité de la polyglobulie ( augmentation de l’hématocrite )

l’autotransfusion ( et allotransfusion ) : hyperviscosité de la polyglobulie .

l’hormone de croissance : hyperviscosité de la polyglobulie

l’hémoglobine réticulée : forte activité procoagulante

l’Interleukine 3 est une glycoprotéine agissant sur la chaîne de fabrication des globules rouges en potentialisant l’érythropoïétine ; elle provoque une augmentation brutale dose-dépendante de la viscosité sanguine et une thrombopénie

les anabolisants : activité procoagulante

la cocaïne : augmentation de l’agrégation plaquettaire , dose-dépendante , mal expliquée
 

LES CORONAROPATHIES :

Elles sont la conséquence de deux mécanismes :
phénomènes thromboemboliques et hypercoagulabilité pour des atteintes survenant pendant la pratique sportive , favorisées chez certains par le maintien du tabagisme ; les anabolisants et les dopants hématologiques sont en cause.
 

Lésions athéromateuses secondaires à l’hypertension artérielle , aux troubles lipidiques ; et sans doute effet athérogène direct de type inflammatoire pour des atteintes pouvant survenir parfois très à distance de la pratique sportive ; les anabolisants sont les premiers responsables , ainsi que les dopants vasoconstricteurs.
 

Les troubles du métabolisme glucido-lipidique en rapport avec les anabolisants constituent un élément favorisant .

Chez le dopé , une dissection coronaire à l’effort ou une rupture de plaque due à la fragilité de la paroi vasculaire peuvent aussi expliquer la survenue de l’infarctus.
 

La mort subite est fréquente , en cas d’accident coronarien aigu et de trouble du rythme associé , comme avec la cocaïne .
 

LES TROUBLES DU RYTHME :
 

Certains dopants ont des effets sympathomimétiques ; ce sont les stimulants respiratoires et cérébraux ; les effets secondaires cardiovasculaires les plus fréquents sont les troubles du rythme supra ventriculaires et ventriculaires , avec risque de mort subite .
 

Les stimulants respiratoires :
Sympathomimétiques
Théophylline et dérivés
Béta 2 mimétiques
Clenbutérol
 

Les stimulants cérébraux :
les amphétamines :
l’accélération des cycles cardiaques peut aboutir à un épuisement rapide des réserves énergétiques
les stupéfiants :
morphiniques ; héroïne et son édulcorant , la quinine :
bradycardie ; hypotension
endocardite , en relation avec le mode d’administration
cannabis ; solvants ( colles ) :
tachycardies

cocaïne :
tachycardies
 

LES CARDIOMYOPATHIES :

Une atteinte myocardique directe de type fibrose ou nécrose a été notée avec les anabolisants et l’érythropoïétine .
 

Anabolisants :
On en connaît maintenant des effets myocardiques : fragmentation des myofibrilles , gonflement mitochondrial , lésions structurelles focalisées de nécrose et de fibrose . L’effet d’hypertrophie myocardique est encore controversé . Une évolution à terme vers l’insuffisance cardiaque est possible . Il est important de noter que les récepteurs myocardiques à la testostérone sont nombreux .

Clenbutérol :
Il est responsable d’une hypertrophie cellulaire myocardique .

Erythropoïétine :
On signale des hypertrophies ventriculaires , et des lésions focalisées de nécrose et de fibrose .

Le Fer :
hémosidéroses iatrogènes ;
cardiomyopathies avec insuffisance cardiaque .

Pour toutes ces lésions myocardiques , l’évolution vers l’insuffisance cardiaque est possible .
 

CONCLUSION

Chaque médecin est concerné par le dopage ; à tout moment de sa pratique , il peut être confronté à l’effet secondaire d’un produit dopant dont la prise ne sera pas forcément avouée . En cas de doute sur la conduite à tenir , il peut demander conseil à l’antenne médicale régionale de prévention du dopage (coordonnées à la Direction Régionale Jeunesse et Sports). Il existe pour tous un devoir d’information , avec mise à jour régulière des connaissances .
 

Les institutions mises en place au niveau national et international permettront au cours des prochaines années de combattre plus efficacement les procédés interdits , mais donneront aussi , grâce à l’Autorisation d’Usage Thérapeutique , l’accès aux soins aux sportifs de haut niveau .
 

REMARQUE 1

Les substances les plus détectées :
corticoïdes 40 %
stupéfiants 22 % ( forte prévalence de la cocaïne )
stimulants 18 %
stéroïdes anabolisants 8 %
diurétiques 5 %
EPO 2 %
autres 5 %
 

REMARQUE 2

En pratique , doivent faire évoquer une pratique dopante :
l’apparition d’une hypertension artérielle chez un jeune sportif
la survenue d’un accident thromboembolique au cours de la pratique sportive
la découverte d’un hématocrite élevé ( > 51 % ) en dehors de toute pathologie

REMARQUE 3

En France , c’est le Code de Santé Publique qui définit le dopage .

 

BIBLIOGRAPHIE
 

1 Beck F , Choquet M , Hassler C , Ledoux S , Legleye S , Peretti-Watel P ;
Alcool , tabac , cannabis et autres drogues illicites parmi les élèves de collèges et lycées . Espad 99 France . OFDT 2002
2 Guagliardo V , Peretti-Watel P , Pruvost J , Mignon P ; Tabac , alcool ,
cannabis et sport de haut niveau à la fin de l’adolescence , région PACA
2002 . Enquête Sport et Santé 2002
3 Korkia P , Stimson GV ; Indications of prevalence , practice and effects of anabolic steroids use in Great Britain . Inter J of Sports Medecine 1997 ;
18 : 557-62
4 Léonard JC . Thérapie génique en traumatologie sportive : mythe ou réalité ?
Sciences § Sports 18 ( 2003 ) 267-271
5 Riebe and al ; Blood pressure during exercise of steroids users and nonusers Med Sci Sport Exercice 24 : 633 1992
6 Baguet JP ; Les anomalies de la pression artérielle nocturne . Abstract Cardiologie -395- Sept 2004 : 8
7 Nieminen MS ; Ramo MP ; Serious cardiovascular side effects of large doses of anabolic steroids in weight lifters . European Heart J Oct : 17 (10 ) : 1576-83
8 Vetel JM ; Simn P ; Les corticoïdes . Traité de Médecine J Hamburger . Flammarion. 1982 19 4 2774
9 Knopp WD ; Thomas MD ; Ergogenic drugs in Sports . Clinics in Sports Medecine 1997 Jul : 16 ( 3 ) : 375-92
10 Ismael N ; Ikizler TA ; Erythropoietin-induced hypertension . Lebanese Medical J 1997 : 45 ( 1 ) : 25-30
11 Welder AA ; Melchert RB ; Cardiotoxic effects of cocaïne and anabolic steroids in the athlete . J of Pharm and Toxicological Methods 1993 Apr : 29 ( 2 ) 61
12 Davies JS ; Morgan CL ; Currie CJ ; Green JT ; Growth hormone use by body builders . Br J Sports Med Dec 97 : 31 ( 4 ) , 352-3
13 Healy ML ; Russell-Jones D ; Growth hormone and sport : abuse , potential benefits and difficulties in detection . Br J Sports Med Dec 97 : 31 ( 4 ) ,
267-8
14 Rémy B ; Deby-Dupont G ; Apports et perspectives des dérivés de l’hémoglobine . J Suisse de Med 1997 Jun : 21 ; 127 ( 5 ) :1088-96
15 Bleeker WK ; de Groot EM ; Measurement of Interleukine-6 production by monocytes for in-vitro safety testing of hemoglobin solutions . Blood Substitutes § Immobilization Biotechnology ; 1994 : 22 ( 3 ) : 835-40
16 Heng MC ; Heberfeld G ; Thrombotic tendancy with intravenous overdose of cocaïne J of Amer Academy of Dermatology 1987 16 . 2 : 462-68
17 Furlanello F , Bentivegna S , Cappato R , De Ambroggi L ; Arrythmogenic effects of illicit drugs in athletes . Ital Heart J 2003 ; 4 ( 12 ) : 829-837
18 Hopkins MG ; Spina RJ ; Enhanced beta-adrenergic-mediated cardiovascular responses in endurance athletes . J Appl Physiol USA Feb 1996 : 80 ( 2 ) : 516-21
19 Prather ID ; Brown DE ; Clenbuterol : a substitute for anabolic steroids . Med Sci Sports Exer Aug 1995 27 ( 8 ) : 1118-21
20 Campos Daniel R , Yoamine M , Moreau R ; Marijuana as doping in sports
Sports Med 2003 : 33 ( 6 ) 395-399
21 Welder AA ; Melchert RB ; Cardiotoxic effects of cocaïne and anabolic steroids in the athlete . J of Pharm and Toxicological Methods 1993 Apr : 29 ( 2 ) 61
22 Heng MC ; Heberfeld G ; Thrombotic tendancy with intravenous overdose of cocaïne J of Amer Academy of Dermatology 1987 16 . 2 : 462-68
23 Ferrera PC ; Putman DL ; Anabolic steroid use as the possible precipitant of dilated cardiomyopathy . Cardiology 1997 Mar-Apr : 88 ( 2 ) : 218-20
24 Dine G. For a new strategy in the fight against doping . From drugs detection
to that of their effects . In « Ethics and Doping » , 1999 , ed AFSVFP , 33-35
25 Léonard JC . Thérapie génique en traumatologie sportive : mythe ou réalité ?
Sciences § Sports 18 ( 2003 ) 267-271
26 Lansam C, Fu FH , Robbins PD , Evans CH . Gene therapy in sports medecine . Sports Med 1997 ; 25 : 73-7
27 Banfi G , Marinelli M : Growth hormon and Insulin-like Growth Factor I in
Athletes Performing a Marathon at 4000 m of Altitude . Growth Regulation :
28 Ballock RT. Molecular and genetic approaches to musculoskeletal diseases .
J Pedriatr Orthop 2003 ; 23 : 131-7
29 Ziegenfuss T ; Cystoseira canariensis . Acta Physiologica § pharmacologica
Bulgaria . 27 ( 2003 ) 101-106

 

Articles reliés