Aller au contenu principal

Bronchospasme induit par l’exercice : diagnostic et prise en charge

Bronchospasme induit par l’exercice : diagnostic et prise en charge

Frédéric COSTES, PUPH, 54èmes journées médicales FFBB, Clermont Ferrand 10 mars 2018

Définition, signes cliniques BIE

Bronchospasme apparaissant après 3 à 8 min d’exercice (jamais pour des exercices <2 min), culminant 8 à 15 min après l’arrêt, cédant spontanément en 30 à 60 min
Période réfractaire de 4 à 6 h
Rôle de l’hyperventilation et de l’air froid et sec

Symptômes survenant à l’arrêt de l’exercice
Toux (vestiaire), sibilants, oppression thoracique, dyspnée, souffle court, expectorations
Signes en rapport avec la performance
Variations saisonnières ou climatiques des symptômes selon t° ext, pollens, pollution
Diminution des performances
Sensation d’être à court de forme, d’avoir les jambes lourdes

Le BIE est fonction de l’hyperventilation  et de la température extérieure

Interrogatoire +++

L’interrogatoire peut préciser :
Le type de symptômes sans se limiter au groupe « bronchoconstriction » :
    évaluer également la fatigue et la baisse des performances…
La chronologie des symptômes par rapport à l’exercice : pendant ou après l’effort 
La consommation médicamenteuse de secours et son efficacité
Le type d’exercice et son intensité :  course, bicyclette, natation
Les conditions environnementales favorisantes : atmosphériques / saisonnières
Le niveau d’entrainement (volume horaire)

Recherche de symptômes d’asthme en dehors de l’effort 
Recherche de pathologies associées : 
    - Atopie, Rhinite, RGO, cardiovasculaires…
 

Physiopathologie chez l ’athlète

Asthme, effort, et atopie

 étude réalisée chez 162 athlètes entrainés et 45 sujets contrôles :
Questionnaire concernant les symptômes respiratoires, prick tests, EFR
 chez 42 nageurs, 49 coureurs de vitesse et athlètes « de puissance » 
 et 71 coureurs de fonds

 Les athlètes sont plus souvent atopiques que les sujets contrôles
 La sensibilisation aux pollens est prédominante
 Parmi les athlètes, les plus sensibilisés sont les coureurs de fond
 Cela suggère une relation entre le sport  et la sensibilisation
 l’asthme est plus fréquent chez les nageurs

Articles reliés